Beaucarnea recurvata

Comment entretenir le Beaucarnea recurvata ? [GUIDE]

Avec son tronc renflé et ses longues feuilles retombantes, le Beaucarnea recurvata est une plante d’intérieur originale. Résistante, elle demande peu d’entretien, en dehors d’une belle lumière et quelques arrosages de temps en temps. De croissance lente, elle s’adapte aux petits comme aux grands espaces et peut être cultivée par tous les jardiniers, même débutants. Voici tous les conseils pour prendre soin du Beaucarnea recurvata en intérieur.

Beaucarvea recurvata - guide d'entretien

Guide express : points essentiels pour jardiniers pressés

Parce que nous n’avons pas toujours le temps de lire un article dans le détail, ou bien que nous cherchons juste une information précise, voici un récapitulatif pour entretenir le Beaucarnea recurvata en intérieur. Pour tous les détails et des conseils supplémentaires, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture.

Nom scientifiqueBeaucarnea recurvata
Nom commun françaisPied d’éléphant, arbre-bouteille
FamilleRuscacées
OriginesMexique
DimensionsJusqu’à 9 m de haut la nature, rarement plus de 2 m en pot en intérieur
ExpositionPleine lumière (au moins 4-6h de soleil direct)
Températures18-25°C (min : 0°C ; max : 45°C)
ArrosageLorsque la motte est au moins à moitié sèche
Humidité ambiantePas de minimum requis
SubstratBien drainant, comme un terreau pour cactées
EngraisPendant la période de croissance
ToxicitéNon
MultiplicationSemis, bouturage

Le Beaucarnea recurvata, une plante d'intérieur originale

Une plante à caudex

Le Beaucarnea recurvata est originaire d’Amérique centrale, et notamment du Mexique. C’est une plante de milieu aride, où les pluies sont parfois très espacées les unes des autres. Pour y survivre, elle a développé un système de stockage d’eau dans son tronc, dont la base est renflée : le caudex

Cette forme un peu étrange lui vaut l’appellation francophone de “pied d’éléphant” ou “d’arbre-bouteille”, tandis que les anglophones l’appellent “pony tail”, la queue de cheval, en référence à son feuillage.

Feuillage graphique et floraison spectaculaire

Ses feuilles, en rubans étroits, s’élancent vers le haut avant de retomber progressivement sous le poids. Si nous leur en donnons la possibilité, elles peuvent devenir bien plus longues que le tronc, retombant avec légèreté en dessous du pot. 

Ne vous fiez pas à sa grâce. Les feuilles du Beaucarnea sont solides et dotées de bords tranchants. Je ne compte plus le nombre de fois où, enfant, je me suis coupée sur celui qui pousse sur la terrasse.

La floraison du Beaucarnea recurvata est spectaculaire. L’inflorescence (regroupement de fleurs sur une seule tige) se dresse au-dessus de la plante sur plus d’un mètre de long. Cet évènement est cependant plutôt rare en intérieur, à moins de l’avoir installé dans une serre, et demande beaucoup de patience (au moins dix ans, voire plus). En réalité, c’est une plante à croissance lente, ce qui fait d’elle une plante d’intérieur intéressante, même si vous avez peu de place de disponible.

Le feuillage rubané du Beaucarnea recurvata lui donne un air très léger et graphique
Le Beaucarnea recurvata est une plante à caudex, une réserve d'eau qui lui permet de résister aux périodes de sécheresse

Avec son feuillage en ruban et son tronc gonflé, le Beaucarnea recurvata est une plante graphique, qui apporte une touche d’originalité à notre décor.

Où installer le Beaucarnea recurvata à la maison ?

Si vous êtes sur le point d’adopter un Beaucarnea recurvata, prenez soin de lui donner une place adaptée. C’est lorsque les conditions de culture correspondent aux besoins de nos plantes que leur croissance et leur entretien sont les plus faciles. Faisons un petit tour d’horizon de ses besoins.

Exposition

Une plante de plein soleil

Le Beaucarnea recurvata est une plante de pleine lumière. C’est-à-dire que, pour assurer une croissance correcte, elle doit bénéficier de plusieurs heures de soleil direct, idéalement au moins 4 à 6h par jour. 

Une place derrière une fenêtre dégagée et orientée vers le sud ou l’ouest est l’idéal. Le mien est installé à proximité de la baie vitrée plein ouest, où il bronze gentiment tout l’après-midi à la belle saison. 

Le Beaucarnea apprécie aussi passer la belle saison à l’extérieur. Il faudra l’habituer progressivement au soleil, car l’exposition est bien plus importante dehors qu’à l’intérieur. Mais il pourra par la suite est placé en plein soleil. Attention, sa croissance risque de prendre un coup d’accélérateur !

Éviter l’ombre

Par contre, évitons de l’installer dans des espaces trop sombres. Même s’il a des réserves et peut survivre quelques mois, il va finir par s’épuiser et mourir. Si notre Beaucarnea ne pousse pas et que ses feuilles sont pâlichonnes, il est fort probable qu’il n’ait pas assez de lumière. Auquel cas, essayons de le rapprocher d’une fenêtre et de lui donner un peu de lumière.

Températures

Le Beaucarnea recurvata apprécie les températures chaudes, ce qui en fait une parfaite plante d’intérieur. Il supporte même les températures un peu extrêmes des canicules sans broncher. 

En revanche, c’est une plante assez frileuse. Un sujet adulte pourrait supporter des températures jusqu’à 0°C, voire -2°C. Mais pour les petites plantes que nous trouvons en jardinerie, il vaut mieux les garder à l’intérieur en hiver. 

Idéalement, le Beaucarnea apprécie de passer l’hiver au frais, autour de 18°C. Si vous en avez la possibilité, il est possible de l’hiverner dans une pièce lumineuse et fraîche, à condition que les températures n’y descendent pas en dessous de 12-15°C. Mais il supporte très bien de passer l’hiver dans nos pièces à vivre, avec le chauffage.

Humidité

Originaire de milieux secs, le Beaucarnea recurvata ne demande pas une humidité atmosphérique particulière. Au contraire, il a même tendance à la craindre. Il se plaira très bien dans la majeure partie des pièces de la maison, mais évitons de l’installer dans la salle de bain, surtout si elle n’est pas très lumineuse. Il pourrait en souffrir. 

Et ne vous inquiétez pas si vous vivez dans une région un peu sèche ou en cas de vague de chaleur. Il n’en a absolument rien à faire !

Toxicité

L’arbre-bouteille n’est pas une plante toxique, que ce soit pour nos animaux de compagnie ou pour les humains. Il est donc parfaitement adapté si vous avez des colocataires à quatre pattes.

En revanche, ses feuilles sont coupantes. Comme elles dansent assez facilement dans les courants d’air, elles peuvent attirer les créatures curieuses comme nos chats. Les croquer ne les rendra pas malades, mais ils peuvent se couper au niveau des gencives. Si votre chat est un peu joueur avec les plantes, il faudra peut-être songer à garder votre Beaucarnea hors d’atteinte.

Mise en scène

Le Beaucarnea recurvata est, je trouve, une plante qui se suffit à elle-même. Quand il est petit, j’aime l’installer dans un pot haut ou sur un support, où ses feuilles pourront retomber librement. Celui de mon enfance était installé au coin de la terrasse, dans une énorme jarre en terre cuite. 

Le mien, nettement plus modeste, est placé au coin de la plantagère. Cela lui permet de prendre tout l’espace qu’il souhaite sur le côté, au-dessus du lit. C’est une place qu’il devra cependant quitter dans quelques années, quand il deviendra trop grand. 

Vraiment, si vous choisissez de n’avoir qu’une seule plante dans une pièce très éclairée, un Beaucarnea recurvata est un bon choix. Surtout si vous vous tournez vers un spécimen un peu âgé, avec une taille respectable. Gardez cependant à l’esprit que, comme il pousse lentement, son prix augmente rapidement avec sa taille.

J'aime installer le Beaucarnea en hauteur quand il est petit, pour laisser retomber son feuillage.

J’aime installer le Beaucarnea en hauteur quand il est petit, pour laisser retomber son feuillage.

Comment prendre soin du Beaucarnea recurvata en intérieur ?

Maintenant que nous avons trouvé la place parfaite pour notre arbre-bouteille, il est temps d’en prendre soin. Vous verrez, c’est une plante tropicale vraiment simple à contenter. Sa résistance lui permet aussi de faire face à nos erreurs d’apprentissage.

Arrosage

L’une des choses que craint le plus de Beaucarnea recurvata, c’est d’être détrempé constamment. Un surplus d’humidité peut rapidement conduire à une pourriture des racines, voire de son tronc. C’est pour cela qu’il est important de toujours vérifier le substrat avant d’arroser. 

Le substrat du Beaucarnea recurvata doit être au moins à moitié sec avant l’arrosage pendant la période de croissance. En cas de repos hivernal, il vaut mieux attendre encore plus entre deux arrosages. C’est pour cela qu’il est difficile de le garder dehors toute l’année sous nos latitudes, même si les températures le permettent dans le sud de la France. Il pleut trop pour lui à ce moment-là. 

Lorsqu’il est temps d’intervenir, n’hésitez pas à être généreux avec l’arrosage. Il faut réhumidifier toute la motte. Dans ce cas, je préfère utiliser l’arrosage par le bas. Sinon, je laisse le surplus d’eau dans la soucoupe pendant une demi-heure, histoire que le terreau en récupère une partie par capillarité si nécessaire. 

Par contre, il est très important de ne pas laisser d’eau sur le long terme dans la soucoupe ou le cache-pot pour éviter tout risque de pourriture.

Rempotage

Vous n’aimez pas le rempotage ? Ça tombe bien, lui non plus. Le Beaucarnea recurvata peut rester des années dans le même pot, il apprécie être à l’étroit. Je crois bien que celui de mon jardin d’enfance n’a jamais changé de pot depuis que je le connais. 

Il vaut mieux attendre qu’il nous indique qu’il est l’heure de déménager : arrêt de la croissance en été, racines qui sortent du pot… Auquel cas, il faudra procéder avec précaution et toucher le moins possible aux racines. Et entre deux rempotages, un petit surfaçage au début du printemps lui donnera un coup de boost.

Côté pot

Comme le Beaucarnea pousse lentement et apprécie être à l’étroit, restons de préférence sur un pot à peine plus grand que l’ancien. 2 à 4 cm de diamètre supplémentaires devraient suffire. 

Pour le matériau, faites selon ce qui vous plaît. J’ai une préférence pour la terre cuite, qui permettra à la motte de sécher et respirer facilement, ce qui réduit le risque de pourriture. L’important est que le pot vous convienne et qu’il soit percé au fond pour laisser évacuer le surplus d’eau à l’arrosage (ou permettre un arrosage par le bas).

Côté terreau

Le Beaucarnea recurvata apprécie un sol bien drainant. Il appréciera un terreau pour cactées, ou bien un terreau pour plantes vertes mélangé à 30 % de drainage (perlite, graviers de petit calibre…). Je fais généralement un mélange maison : moitié terreau pour plantes vertes et moitié terreau à cactées, auquel j’ajoute 15 % de perlite et 15% de pouzzolane fine. 

L’important est d’utiliser ce qui est le plus simple pour  vous  tout en respectant les besoins de base de votre plante. L’eau et l’air doivent bien circuler dans le sol, afin qu’il puisse sécher rapidement.

Engrais

Le Beaucarnea recurvata n’est pas particulièrement gourmand. Mais qu’il reste dans le même pot (et substrat) pendant des années, il vaut mieux lui apporter de l’engrais régulièrement durant la belle saison, de manière à supporter sa croissance. 

Le format d’engrais (liquide ou solide) importe peu, choisissez ce qui convient le mieux à votre manière de jardiner. Je vous recommande cependant de choisir un engrais équilibré dans sa composition, et plutôt doux, pour limiter les risques de surdosage. Respectez toujours les dosages indiqués par le fabricant lors de l’utilisation.

Maladies et ravageurs

Le Beaucarnea recurvata est plutôt tranquille sur ce point. Au-delà de la sensibilité de ses racines et de son tronc à la pourriture, il est rarement attaqué par une maladie ou un insecte ravageur. 

J’ai déjà eu l’occasion d’y croiser quelques cochenilles farineuses dans son feuillage, mais un bon nettoyage suffit à s’en débarrasser, si nous intervenons dès les premiers signes. Régulièrement, une bonne douche en guise d’arrosage, puis un nettoyage au savon de Castille permet de maintenir les ravageurs loin de ses feuilles.

Multiplication

La multiplication du Beaucarnea recurvata n’est pas toujours évidente. Il y a deux possibilités : 

  • la germination des graines, qui font suite à la floraison, mais elle est assez longue ;
  • le bouturage, directement en terre, qui est la principale méthode utilisée en pépinière. 

Pour être honnête, je n’ai jamais tenté de multiplier mon arbre-bouteille. Mais si vous avez déjà tenté l’expérience, je suis curieuse de savoir comment vous vous y êtes pris.e.

Alors, vous adoptez un Beaucarnea recurvata ?

Plante graphique et originale, le Beaucarnea recurvata est une plante d’intérieur adaptée à tous les jardiniers, débutants ou expérimentés. Il ne demande pas grand-chose pour être heureux : beaucoup de lumière, de la chaleur et de l’eau de temps en temps. Avec sa croissance lente, c’est une plante parfaite pour les jardiniers qui n’ont pas beaucoup de temps pour s’occuper de leur jungle.

Si vous avez la moindre question au sujet de cette plante, n’hésitez pas à la poser dans les commentaires ou à me contacter directement. J’y répondrai dès que possible. 

L’arbre-bouteille ne vous a pas charmé ? Pas de souci, il existe de nombreuses plantes d’intérieur faciles à entretenir ou qui demandent peu d’arrosage.  Vous avez l’embarras du choix. Et si vous ne savez pas par où commencer, rappelez-vous que les plantes les plus simples à entretenir sont celles qui sont adaptées à nos intérieurs

Bon jardinage et profitez de vos plantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *