Comment choisir un pot pour notre plante d’intérieur ?

Maintenant que vous savez pourquoi il est indispensable de rempoter nos plantes d’intérieur, attardons-nous sur un point bien particulier : le pot. Qui n’a pas rêvé d’installer une grande plante dans une immense céramique et d’en faire la pièce maîtresse de sa décoration ? Eh bien, ce n’est pas aussi simple que ça. Certaines plantes ne se plairaient pas dans cette fabuleuse céramique. Voici quelques astuces pour choisir un bon pot pour nos plantes d’intérieur.

Au moment du rempotage, il est important de bien choisir son pot

Comment choisir un pot pour nos plantes d’intérieur ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous allons être amenés à rempoter nos plantes tropicales. En fonction de la situation, nous n’allons pas choisir le même pot.

Pourquoi changer le pot de nos plantes ?

Le rempotage le plus courant est celui qui suit la croissance de notre plante tropicale. Celle-ci est trop à l’étroit dans son pot et réclame de déménager. Nous allons donc un pot plus grand, et je vous explique comment juste après.

Mais il arrive de rempoter dans un pot plus petit. Division de la plante d’origine, perte d’une partie des racines suite à un accident d’arrosage, ce n’est pas courant, mais ça arrive

Enfin, il est possible de rempoter dans un pot de même taille, soit parce que le substrat doit être renouvelé, soit pour de simples raisons esthétiques. Avouez que les pots de nurserie dans lesquels sont vendues les plantes d’intérieur ne sont pas les plus jolis…

Comment choisir son nouveau pot ?

À première vue, n’importe quel pot pourrait faire l’affaire, du moment qu’il nous plait. En réalité, c’est un peu plus complexe que ça. Mais n’en faites pas non plus une montagne ! Les plantes sont en général très tolérantes sur ce genre de choses, et le jardinier a sa part dans le choix du pot. 

Pour choisir notre nouveau pot, il faudra prendre en compte plusieurs critères. 

  • Les besoins de la plante à rempoter : est-ce que vous devez augmenter ou réduire la taille du pot ? Est-ce une plante qui se développe vite ou lentement ? Est-ce qu’elle a des préférences particulières (pot profond, être à l’étroit…) ? Quand doit-elle être arrosée ? N’hésitez pas à faire une petite recherche sur les besoins de votre plante tropicale si vous avez le moindre doute.
  • L’esthétisme : que ce soit la forme, le matériau ou la couleur, votre nouveau pot doit vous plaire !
  • Le budget : malheureusement, les “beaux” pots sont souvent chers. J’adore les céramiques émaillées, mais j’en ai très peu pour cette raison. En fonction de la taille et du matériau, le prix d’un pot peut très vite s’envoler. Heureusement, il y a aussi beaucoup d’alternatives abordables. 
  • Notre manière de jardiner : oui, ça peut jouer sur le choix du pot. J’utilise surtout des pots en terre cuite dans ma jungle, car j’ai la main un peu lourde à l’arrosage. Cela permet de limiter les risques de noyade. En revanche, sur le balcon, j’ai principalement des pots en plastique pour limiter le poids

En réalité, beaucoup de ces choix vont se faire par habitude. Les premières fois demandent un peu de réflexion. Mais une fois que vous connaissez vos préférences, ça se fera rapidement. Sauf peut-être lorsque vous décidez de vous offrir un “beau” pot. Le temps que je peux passer dans le rayon quand mon budget permet un pot émaillé !

Choisir la bonne taille de pot pour notre plante verte

Avant toute chose, un pot doit être adapté à la plante, et surtout à sa taille. Imaginez-vous en train d’essayer un nouveau pantalon. Vous devez pouvoir y rentrer facilement et être à l’aise lorsque vous bougez. Vous n’avez certainement pas envie de devoir bagarrer le matin pour l’enfiler, de creuser le ventre pour le fermer et d’être serré(e) toute la journée, n’est-ce pas ? C’est pareil pour les plantes.

Rempoter une à deux tailles au-dessus

Lorsque nous installons une plante dans son nouveau pot, nous ne devons pas la pousser ou la tasser pour faire rentrer toutes les racines. C’est le signe que le pot est trop petit. En règle générale, il est recommandé de choisir un pot avec 2 à 4 cm de diamètre supplémentaire par rapport au pot actuel. 

Il est possible de choisir un pot encore plus grand (6 à 8 cm) lorsqu’il s’agit d’une plante à croissance rapide. Mais je préfère rempoter plusieurs fois une plante dans la saison. Cela évite que les racines ne soient “perdues” dans leur nouveau pot et que le substrat ne reste plein d’eau trop longtemps.

La même Ctenanthe lubbersiana 'Golden Mosaic', bien arrosée

Le Ctenanthe lubbersiana ‘golden mosaic‘ a une croissance rapide. Je l’ai rempoté trois fois l’année dernière.

Ce Monstera peru a été rempoté dans un pot trop grand et l'a très mal vécu.

J’ai rempoté ce Monstera peru (karstenianum) dans un pot trop grand . Il en a perdu toutes ses feuilles et commence seulement à s’en remettre, six mois plus tard.

Enfin, attention à la profondeur du pot. Il faut de l’espace en dessous des racines, pour qu’elles puissent se développer aussi vers le bas ; et au-dessus du niveau de la terre, pour éviter le débordement au moment de l’arrosage. Il y a un petit décroché visible sur beaucoup de pots en terre cuite ou en plastique. Le substrat est censé s’arrêter à ce niveau-là, pour garder un espace : c’est la cuvette d’arrosage. Rien ne vous empêche d’aller plus haut, mais c’est à vos risques et périls (ou ceux de votre meuble ou sol).

Et dans l’autre sens ?

Lorsque vous rempotez dans un pot plus petit, la même logique s’applique. Votre plante doit être à l’aise dans son pot, sans être perdue dans quelque chose de trop grand. 

C’est d’ailleurs aussi valable si vous rempotez dans un pot de même taille, que ce soit pour des raisons esthétiques, un changement de substrat ou suite à un accident (chute et casse du pot, comme le fait si bien mon chat).

Quel matériau choisir pour les pots de nos plantes tropicales ?

Il existe des pots dans une multitude de matériaux, de la récupération au bois, en passant par la terre cuite, le plastique, le béton, le fer-blanc, la fibre de verre, l’acier, etc. Vous avez l’embarras du choix. 

Cependant, tous les matériaux n’ont pas les mêmes propriétés. Bien que toutes les plantes puissent se contenter de l’un ou de l’autre, elles auront aussi leurs préférences. Voici les trois matériaux les plus courants, avec leurs avantages et leurs inconvénients.

La terre cuite

Classique parmi les classiques, vous l’aimez ou vous le détestez. Le pot en terre cuite est très souvent orangé (terracotta), bien qu’il soit maintenant décliné en d’autres couleurs.

Avantages

  • Facile à trouver en jardinerie
  • Beaucoup de modèles, formes et couleurs
  • Toutes les tailles
  • Matériau poreux : il permet une meilleure circulation de l’air au niveau du substrat et accélère le séchage
  • Isolation thermique, mais craint souvent le gel

Inconvénients

  • Lourd, surtout pour les grands pots
  • Moyennement couteux
  • Fragile
  • Nécessite des arrosages plus fréquents par temps chaud

Usages

  • À privilégier pour les plantes dont le substrat doit sécher rapidement (succulentes et cactées par exemple) 
  • À privilégier pour les jardiniers qui ont la main un peu lourde à l’arrosage : sa qualité poreuse permet de réduire les risques de noyade

Les pots émaillés

Ah, les pots en terre émaillés… Je ne sais pas pour vous, mais généralement, je les trouve magnifiques. Quand ils sont choisis avec goût, ils ajoutent tout de suite une note d’élégance dans nos jungles d’intérieur.

Avantages

  • Grande variété de formes et de couleurs (selon les jardineries)
  • Imperméable : ils permettent de mieux conserver l’humidité à l’intérieur du pot
  • Isolation thermique, mais certains craignent le gel 
  • Généralement très esthétiques

Inconvénients

  • Moins de variétés en taille
  • Coûteux
  • Lourd et donc difficile à manipuler passé une certaine taille
  • Fragile

Usages

  • À privilégier pour les plantes dont le substrat doit rester humide (fougères, Marantacées, papyrus…)
  • À privilégier pour les jardiniers qui veulent un peu espacer les arrosages
Les pots en terre cuite sont couramment utilisés pour les plantes d'intérieur
Les céramiques émaillées sont plus couteuses mais donnent un air élégant à nos plantes d'intérieur

Les pots en terre cuite sont couramment utilisés pour rempoter les plantes d’intérieur. Les pots émaillés sont plus onéreux, mais ils transforment l’ambiance de la pièce.

Le plastique

Les pots en plastique sont souvent la solution parfaite lorsque nous débutons dans le jardinage. Faciles à trouver et peu chers, ils se déclinent sous différentes formes, tailles et couleurs. Choisissez-les de bonne qualité, pour qu’ils durent de longues années et si possible en plastique recyclé. Il y en a de plus en plus, avec des modèles sympathiques.

Avantages

  • Facile à trouver en jardinerie ou en grande distribution
  • De plus en plus de choix de taille, couleur, forme
  • Imperméable : conserve l’humidité à l’intérieur du pot
  • Léger
  • Peu couteux
  • Relativement solide (si de bonne qualité)

Inconvénients

  • Pas d’isolation thermique
  • Se décolorent avec l’âge
  • Peuvent casser sous la pression des racines ou avec l’âge (pour ceux de mauvaise qualité)

Usages

  • À privilégier pour les plantes dont le substrat doit rester humide
  • À privilégier pour les suspensions, les pots perchés en hauteur et ceux cachés dans des caches pots
  • À privilégier pour les jardiniers qui veulent un peu espacer les arrosages

Les pots en plastique transparent

Depuis quelques années maintenant, nous voyons de plus en plus de pots en plastique transparent sur les réseaux sociaux, notamment chez les petits producteurs et chez les collectionneurs.

Est-ce vraiment une bonne idée ? J’ai un avis partagé sur la question. Au-delà des avantages du pot en plastique, il permet de pouvoir voir le développement des racines, un phénomène assez magique à observer. Il permet aussi de garder un œil sur le substrat, ce qui en fait donc un outil pédagogique lorsque nous commençons le jardinage.

Cependant, les racines souterraines ont besoin d’obscurité pour se développer. Il est donc préférables d’installer ces pots dans des cache-pots, ce qui signifie des manipulations supplémentaires lors de l’entretien. 

J’en ai quelques-uns, reçus avec des commandes de boutures, et j’avoue, je ne m’en sers pas réellement une fois les boutures rempotées. C’est à vous de choisir, mais ce n’est pas un indispensable de la panoplie du jardinier d’intérieur.

Percé ou pas percé, telle est la question

En général, les pots sont percés au fond, en une ou plusieurs fois. Ce sont des trous de drainage, permettant l’évacuation du surplus d’eau de l’arrosage, évitant ainsi la saturation en eau des sols et la noyade des racines. 

Privilégiez toujours les pots avec des trous de drainage, en particulier si vous débutez dans le jardinage ou avec les plantes que vous ne connaissez pas. Cela limitera les accidents le temps que vous preniez vos marques. 

Si le pot qui vous plaît n’est pas percé, voici une petite astuce. Choisissez-le deux ou trois tailles plus grand et servez-vous en comme un cache-pot. Vous glisserez votre plante et son pot dedans. 

Il est bien sûr possible d’installer vos plantes dans un récipient non percé. J’ai transformé plusieurs théières et mugs de cette manière. Mais cela demande de connaître sa plante et un peu d’expérience pour ne pas se rater sur l’arrosage. Dans ce cas, installez une couche de drainage au fond (billes d’argile ou autre). Cet espace va servir à récolter l’eau en surplus et éviter que le sol en soit saturé.

Alors, quels pots allez-vous choisir pour vos plantes ?

Choisir un pot pour votre plante d’intérieur vous parait simple maintenant ? Alors, j’ai rempli ma mission. Gardez en tête que votre plante doit pouvoir s’installer confortablement dans son nouveau pot, c’est le plus important. Et privilégiez autant que possible l’usage des pots percés afin de limiter les risques de noyade lors de l’arrosage. Le reste (la forme, la matière, la couleur), c’est vous qui choisissez !

Évidemment, vous pouvez aussi faire la démarche inverse. Sélectionnez le pot de vos rêves, puis choisir la plante à y installer en conséquence.

J’espère qu’avoir répondu à vos questions. Si vous en avez encore, posez-les dans les commentaires. J’y répondrai dès que possible.

Dans l’article suivant de cette série dédiée au rempotage des plantes d’intérieur, nous parlons terreau. En attendant, je vous souhaite un bon jardinage et profitez bien de vos plantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *