Sortir les plantes d'intérieur - Mode d'emploi

Et si vous sortiez vos plantes d’intérieur ?

Oui, oui. Vous m’avez bien lu. Et si, cet été, vous installiez vos plantes vertes dehors, sur un balcon ou au jardin ? Malgré toute notre attention, nos intérieurs manquent souvent d’un élément crucial pour nos plantes : la lumière. Rien ne vaut quelques mois sous le ciel bleu pour recharger leurs batteries ! Passer l’été à l’extérieur, c’est comme une cure de jouvence. Cela fait trois ans que je sors une partie de mes plantes d’intérieur et elles a-do-rent. Si vous souhaitez tenter l’expérience, voici un petit mode d’emploi pour éviter les accidents.

Sortir les plantes d'intérieur en été, c'est leur permettre de recharger leurs batteries au maximum.

Quand sortir nos plantes d’intérieur ?

Nos plantes vertes sont originaires des régions tropicales ou équatoriales de la planète. Elles ne supportent pas, en général, les températures inférieures à 10°C, voire 15°C pour les plus frileuses. Et ne parlons pas des gelées qui pourraient les tuer en quelques heures. Prenez toujours soin de vérifier les caractéristiques de vos plantes avant de les sortir, afin de rester dans les bonnes températures.

En France métropolitaine, il vaut mieux attendre d’avoir passé les Saints de Glace avant de sortir les plantes d’intérieur au jardin. Cela correspondant à la mi-mai pour les régions les plus douces, à la fin mai ou début juin pour les autres.

Mais il vaut mieux se fier à notre thermomètre qu’à notre calendrier. Personnellement, je sors mes plantes tropicales lorsque les températures sont supérieures à 18°C dans la journée et 12°C dans la nuit.

Comment sortir nos plantes d’intérieur en évitant les catastrophes ?

La deuxième année où j’ai sorti mes plantes d’intérieur, j’ai perdu un Colocasia ‘Mojito’. Il avait passé un superbe été sur le balcon l’année précédente et j’étais enthousiaste à l’idée de recommencer. Trop enthousiaste. Je l’ai sorti trop tôt, trop brutalement, et il s’est laissé mourir à petit feu. C’était mon seul Colocasia à l’époque et je l’avais ramené des Jardins de Monet, à Giverny. Autant dire que ça a été difficile à avaler.

Pour éviter cette mésaventure, il y a deux éléments auxquels vous devez prêter attention : la température et la lumière.

Un Colocasia 'Mojito' avec de nombreuses feuilles, installé sur un balcon.

Feu mon premier Colocasia ‘Mojito’, lors de son premier (et unique) été au balcon. Soyez patients et attendez que les températures soient suffisantes avant de sortir vos plantes !

Les températures

Nous l’avons vu juste avant, il est important d’attendre que les températures soient suffisamment remontées avant de sortir nos plantes tropicales. Nos plantes ont passé l’hiver bien au chaud, elles n’ont plus l’habitude des variations de températures entre le jour et la nuit, ni des températures inférieures à celles de notre intérieur. 

Il y a deux solutions à ce problème. Nous pouvons attendre début juin, où les températures ne devraient plus redescendre en dessous de 15-18°C la nuit (normalement). Ou nous pouvons les habituer progressivement. J’appelle ça ma transhumance quotidienne. 

En mai, les journées où les températures sont suffisantes, je sors une partie de mes plantes le matin pour qu’elles bénéficient de la chaleur et de la lumière. Si la nuit est trop fraîche, je rentre tout le monde le soir. C’est un peu chronophage, mais ça les habitue à la variation de températures et me permet, petit à petit, d’abaisser la température minimale qu’elles tolèrent.

L’exposition au soleil

Nos plantes d’intérieur ne sont pas ou plus habituées au soleil direct. Surtout si, comme cette année, nous avons un hiver particulièrement pluvieux, avec peu de lumière naturelle. Il est donc important d’habituer nos plantes graduellement au soleil pour éviter que les feuillages ne brûlent.

La méthode est très simple. Les premiers jours, les plantes doivent rester à l’ombre : sous un arbre, un parasol, une voile d’ombrage… Puis, nous les installons dans un espace plus lumineux, puis, si elles le supportent, en plein soleil. Cela dure en général une dizaine de jours.

Où installer nos plantes tropicales à l’extérieur ?

Une fois que nos plantes d’intérieur se sont acclimatées aux conditions extérieures, il est temps de les installer confortablement pour leurs vacances d’été. Comme en intérieur, il est important d’ajuster leur emplacement à leurs besoins. Globalement, vous pouvez réfléchir de cette manière : 

  • les succulentes et cactées en plein soleil ou ombre légère ;
  • les Colocasia, Alocasia, Oxalis, sous une ombre légère ;
  • les fougères à l’ombre.

Par exemple, j’ai un balcon orienté plein est, avec du soleil direct jusqu’en milieu de journée. Mes Colocasia, Alocasia, bananiers et succulentes sont installés au pied du mur ou sur le rebord de la fenêtre. Je glisse les plus fragiles à l’ombre des autres plantes ou pots. Mes fougères sont installées sous la table ou derrière les autres plantes pour ne pas brûler.

Lorsque vous sortez vos plantes tropicales, faites attention à respecter leurs besoins. Ici, les oxalis et les fougères sont à l'ombre des Colocasia, sur le balcon

Chaque plante tropicale doit être installée en fonction de ses besoins. Ici, les Oxalis et les fougères sont à l’ombre des Colocasia.

Comment ajuster notre routine d’entretien ?

Lorsque nous sortons nos plantes vertes, nous modifions totalement leur environnement : plus de lumière, plus de vent, températures variables… Elles vont se comporter différemment et nous allons devoir ajuster notre routine d’entretien pour suivre leur nouveau rythme.

Le plus important va être d’observer régulièrement nos plantes, surtout au début. Cela va notamment nous permettre de vérifier que cette nouvelle place leur convient et qu’elles ne sont pas en train de brûler au soleil. N’hésitez pas à les déplacer si besoin.

L’arrosage

L’augmentation de la quantité et de l’intensité de la lumière reçue par nos plantes va renforcer la photosynthèse et donc des besoins en eau. Le vent va aussi augmenter les besoins en eau de nos plantes. Il va donc falloir augmenter la fréquence d’arrosage. Gardez vos repères d’arrosage habituels (séchage du substrat, poids des pots…) et soyez généreux. 

Par ailleurs, il peut être intéressant de supprimer les soucoupes pour permettre une bonne évacuation de l’eau. Les seules plantes qui ont des soucoupes sur mon balcon sont les Colocasia. Ce sont, dans leurs milieux naturels, des plantes de berge. Quand les températures sont supérieures à 25°C et qu’il fait beau, je les laisse les pieds dans l’eau. Mais ce n’est pas à faire pour toutes les plantes, bien au contraire !

L’engrais

Pour faire face à l’explosion de croissance que cette sortie va générer (attendez-vous à de belles surprises !), il va falloir nourrir correctement nos plantes. Les apports d’engrais seront donc indispensables pour soutenir cette croissance. 

Choisissez le format qui vous convient le mieux (solide ou liquide, organique ou minéral…). Le plus important est de choisir un engrais équilibré et de respecter les dosages du fabricant. Rappelez-vous que mettre trop d’engrais fera plus de mal que de bien à vos protégées.

Ravageurs et maladies

Soyez aussi attentif à la présence d’éventuels ravageurs ou maladies. Être à l’extérieur rend nos plantes vertes plus accessibles aux insectes nuisibles. Heureusement, les insectes prédateurs sont aussi présents. J’ai bien moins de souci de thrips ou de pucerons quand mes plantes tropicales passent l’été au balcon. Les coccinelles et les chrysopes viennent naturellement à ma rescousse.

La chaise rouge de mon balcon, presque noyée dans la végétation.

Sortir nos plantes d’intérieur, c’est aussi transformer nos balcons en jungle l’espace de quelques mois.

Alors, vous tentez l’expérience cet été ?

Sortir les plantes vertes au balcon ou au jardin en été, c’est leur offrir une véritable cure de jouvence. L’exposition leur est plus favorable qu’en intérieur et leur permet de recharger les batteries, pour être prêtes à affronter l’hiver prochain. En bonus, leur croissance pendant la saison est exceptionnelle !

Cela demande quelques précautions et manipulations, surtout si vous êtes comme moi et n’avez pas la patience d’attendre jusqu’au début du mois de juin. Néanmoins, ça reste une démarche simple à mettre en place, qui fera le bonheur de vos plantes d’intérieur.

Ensuite, un petit ajustement dans leur entretien et hop, notre balcon va se transformer en jungle urbaine. Nous pourrons alors tranquillement en profiter jusqu’à l’automne, où il sera temps de rentrer nos plantes d’intérieur dans leurs quartiers d’hiver. 

Je suis curieuse de savoir si vous allez, ou avez déjà tenté, l’expérience. Racontez-moi tout ça dans les commentaires. Et n’hésitez pas si vous avez la moindre question. Je vous aiderai avec plaisir. 

Bon jardinage et profitez bien de vos plantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *