Multiplier le Pilea peperomioides est très simple

Comment entretenir un Pilea peperomioides en intérieur ? [GUIDE]

Plante tropicale star des réseaux sociaux au début des années 2000, le Pilea peperomioides se fait un petit peu plus discret ces dernières années. À tort ! Demandant peu de soins, cette petite plante possède d’adorables feuilles rondes et peut prendre des formes saugrenues. C’est qu’elle a du caractère ! Que vous ayez déjà craqué sur elle ou qu’elle soit encore dans votre wishlist, découvrez tous les conseils pour entretenir un Pilea peperomioides à la maison.

Le Pilea peperomioides se multiplie facilement, au point d'en avoir toute une petite famille.

Guide express : points essentiels pour jardiniers pressés

Parce que nous n’avons pas toujours le temps de lire un article dans le détail, ou bien que nous cherchons juste une information précise, voici un récapitulatif pour entretenir le Pilea peperomioides en intérieur. Pour tous les détails et des conseils supplémentaires, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture.

Nom scientifiquePilea peperomioides
Nom commun françaisPilea à feuilles de Peperomia, plante à monnaie chinoise, plante du missionnaire, Pancake Pilea
FamilleUrticacées (Urticaceae)
OriginesChine du sud-est
DimensionsPlante dressée, jusqu'à 80 cm de haut
ExpositionLumineuse à légèrement ombragée
Températures18 - 25 °C (min : 10 °C ; max : 30 - 35 °C
ArrosageEspacé : laissez sécher le sol sur plusieurs centimètres entre deux arrosages
Humidité ambiantePas de condition particulière
SubstratDrainant : optez pour un terreau pour plantes vertes avec un ajout de drainage (perlite, sable de Loire...)
EngraisOui
ToxicitéNon
MultiplicationBouturage

Qui est le Pilea peperomioides ?

Star d'internet

Le Pilea peperomioides, ou Pilea à feuilles de Peperomia, est originaire du sud-est de la Chine. Appatenant à la famille des Urticacées, il est aussi appelé plante du missionnaire. L’histoire raconte qu’un missionnaire russe l’a ramené de Chine dans les années 1940. Elle a alors été longtemps discrète et convoitée jusqu’au début des années 2000 où le Pilea est devenue LA star d’Instagram. 

Aujourd’hui, le Pilea peperomioides est un classique en jardinerie. Vous trouverez même des variétés panachées aux noms sympathiques : ‘Sugar’, ‘Mojito’…

Un feuillage unique

Le Pilea peperomioides est une plante tropicale très simple à reconnaître. Vous ne pouvez pas vous tromper ! Elle pousse comme un petit arbre, avec un tronc qui a tendance à facilement de pencher dans tous les sens pour se rapprocher de la lumière. Ses feuilles, portées par de longs pétioles (la tige des feuilles) sont rondes et légèrement coriaces.

Les chinois l’associent aux pièces de monnaie, d’où sa réputation d’apporter la bonne fortune et son nom : plante à monnaie chinoise. Personnellement, elles me rappellent plutôt des petits boucliers, ou des pancakes, comme la surnomment les anglophones.

Autre petite particularité du Pilea peperomioides, sa faculté à faire une multitude de bébés autour du pied mère : des rejets dans le jargon. C’est un système de colonisation de l’espace, qui permet à la plante, dans la nature, d’aller à la recherche de nouvelles ressources. Pour nous ? C’est autant de futures boutures ultra-faciles à récolter pour les offrir autour de nous. Franchement, c’est la plante de l’amitié !

Le Pilea peperomioides possède des feuilles rondes caractéristiques

Pilea peperomioides (espèce botanique)

Le Pilea peperomioides 'Mojito' est une variété à dominante crème mouchetée de vert sombre

Pilea peperomioides ‘Mojito’

Où installer le Pilea peperomioides chez nous ?

Vous avez craqué pour un petit Pilea ? Comme je vous comprends, cette plante est adorable, n’est-ce pas ? Mais savez-vous où vous allez l’installer ? N’oubliez pas, si l’emplacement que vous choisissez correspond à ses besoins, l’entretien de votre Pilea peperomioides sera bien plus simple.

Une bonne dose de lumière

Choisissez un emplacement lumineux, mais en évitant le soleil brulant en été, plein sud. Une position à proximité d’une fenêtre orientée vers l’est ou l’ouest est idéal. Votre Pilea peperomioides adorera profiter de quelques heures de soleil direct en début ou fin de journée, même si ce n’est pas vraiment indispensable.

Cette plante peut se contenter d’emplacement moins lumineux. Mais elle aura alors tendance à grandir plus lentement et à faire des feuilles plus petites. Elle aura aussi naturellement moins de feuilles, puisque moins d’énergie disponible (lumière) pour les maintenir.

Des températures douillettes

Le Pilea peperomioides est une plante plutôt frileuse, qui ne tolère pas de températures en dessous de 10°C. Il faudra donc la cultiver absolument en intérieur, en particulier pendant les mois les plus froids.

En été, lorsque les températures sont supérieures à 15°C la nuit, vous pouvez installer votre Pilea à l’extérieur. Une place à l’abri des courants d’air, sous un arbre ou une véranda sera idéale. Protégez-le du soleil direct durant les heures les plus chaudes et gardez un œil sur l’arrosage. Les plantes boivent plus souvent lorsqu’elles sont dehors.

Il est possible de lui faire passer l’hiver dans une pièce fraîche (autour de 15°C) et lumineuse. Sa croissance va se stopper temporairement, mais cette période fraîche peut simuler la floraison. Elle est cependant rare en intérieur et très discrète.

Pas d’humidité particulière

Le Pilea peperomioides pas ne demande d’humidité atmosphérique particulière. C’est l’une des caractéristiques qui font de lui une plante idéale pour les débutants, puisqu’elle se contente de toutes les atmosphères, que vous vivez en Normandie ou sur la côte méditerranéenne.

Plante non toxique

Amis des chats, bonjour ! Le Pilea peperomioides fait partie des plantes non toxiques, que ce soit pour les animaux domestiques ou pour les humains. Bon, évidemment, si vous tenez à ses jolies feuilles, je vous conseille quand même de le garder hors de portée des mains et des pattes curieuses. Mais il n’y a pas de risque si une des feuilles est mâchouillée.

Mettre en scène le Pilea peperomioides

Le Pilea peperomioides est une plante relativement petite. Dans nos intérieurs, elle dépasse rarement les 80 cm de haut. Si vous voulez conserver son port dressé, semblable à un arbre miniature, il faudra songer à le tuteurer lorsqu’il atteindra les 20-30 cm. Nul besoin de chercher quelque chose de compliqué, un simple bâton ou morceau de bambou suffira. 

Mais vous pouvez aussi le laisser se débrouiller tout seul. Il prendra alors des formes très intéressantes sous le poids de ses feuilles. C’est la méthode que j’ai retenue pour tous mes Pilea. Avec le temps, ils finissent par rappeler les silhouettes travaillées des bonsaïs. 

Le Pilea peperomioides est une excellente plante à installer seule sur un meuble, surtout quand il commence à bien se développer. Dans un joli pot, avec ses feuilles et son port, il prend facilement la vedette. Mais il se marie aussi bien aux autres feuillages. J’aime l’associer avec des feuillages fins comme celui des Asparagus ou de certaines fougères, ou avec des feuillages colorés, pourpre ou argenté.

N’hésitez pas à partager comment vous avez mis en valeur votre Pilea peperomioides dans les commentaires. Je suis certaine que vous avez des idées remarquables.

Le Pilea peperomioides possède des feuilles inimitables (ou presque).

Sans tuteur, le Pilea peperomioides finit par ployer sous son poids et prendre des formes étonnantes.

Sans tuteur, le Pilea peperomioides finit par ployer sous son poids et prendre des formes étonnantes. 

Comment entretenir un Pilea peperomioides en intérieur ?

Maintenant que vous savez où vous allez installer votre nouveau colocataire à feuilles, voyons ensemble comment l’entretenir. Vous allez voir, c’est une plante qui ne demande pas énormément de soins, comparé à d’autres plantes tropicales comme certaines fougères.

Un arrosage espacé, mais régulier

Le Pilea peperomioides est une plante succulente, c’est-à-dire qu’elle est capable de stocker de l’eau dans ses tissus – ses feuilles – pour faire face à des périodes de sécheresse. Exactement comme un cactus. Enfin, presque. Elle n’est pas faite pour passer autant de temps sans arrosage.

Cela signifie donc que les arrosages vont être assez espacés. Je préfère arroser mes Pilea quand le sol est sec sur plusieurs centimètres, jusqu’au quart supérieur de la motte pour la plus grosse. Il est possible d’attendre plus longtemps, mais il vaut mieux que ce soit exceptionnel. Sinon, votre plante va sacrifier une partie de ses feuilles pour face au manque d’eau. Et comme elle a déjà tendance à se dégarnir à la base avec l’âge…

Comme la majeure des plantes succulentes, le Pilea peperomioides est particulièrement sensible à la saturation en eau du sol. Ses racines pourrissent facilement. Il faudra veiller à bien vider la soucoupe ou le cache-pot qui l’accueille après chaque arrosage. 

Et si vous l’arrosez par le bas (une méthode qui marche bien pour les sols qui doivent sécher partiellement entre deux arrosages), n’oubliez pas de le laisser égoutter avant de le remettre à sa place.

Un rempotage à la demande

Le Pilea peperomioides est assez fragile, notamment quand il est jeune. Cela peut rendre son rempotage délicat, surtout au niveau des rejets, si vous voulez les garder dans le même pot que leur maman.

Mais ne soyez pas intimidé par cette tâche pour autant. Il faudra juste faire attention à vos gestes. Et si vous cassez un rejet dans la bataille ? Pas de souci, vous pourrez le bouturer. Rendez-vous au paragraphe sur la multiplication.

Quel pot pour le Pilea peperomioides ?

Le Pilea a une croissance assez rapidement quand il est jeune, si vous les donnez les bonnes conditions. Cependant, cette plante n’a aucun souci à être un peu à l’étroit dans son pot. Choisissez-en un avec un diamètre légèrement supérieur à l’actuel (2 à 4 cm). 

Côté matériau, il n’y a pas d’impératif. Vous êtes libre de choisir le pot qui vous fait craquer ou celui qui semble absolument parfait pour votre nouvelle protégée et votre décoration d’intérieur. 

J’ai une préférence pour la terre cuite, qui permet une meilleure aération du sol. Les pots en terre cuite ont aussi l’avantage d’être lourds, ce qui intéressant si vous laissez votre Pilea sans tuteur. Cela devrait éviter au pot de basculer sous le poids de votre plante. 

C’est à vous de voir, selon vos préférences et vos contraintes. Cependant, assurez-vous que le pot soit percé au fond pour permettre l’évacuation de l’eau et éviter que le sol ne reste détrempé. Un pot percé rendra l’entretien du Pilea peperomioides beaucoup plus simple, puisqu’il déteste avoir les pieds dans l’eau.

Quel terreau pour le Pilea peperomioides ?

Nous l’avons vu un peu plus tôt, le Pilea est une plante succulente. Il apprécie donc les sols bien drainés, qui sèchent rapidement. Néanmoins, pour avoir testé, je ne trouve pas que les mélanges de terreau pour succulentes soient adaptés. Ils sont un peu trop drainants pour le coup.

Je rempote mes Pilea peperomioides dans un terreau pour plantes vertes de qualité, auquel je rajoute 10 à 15 % de perlite pour augmenter ses capacités drainantes. Bien sûr, vous pouvez remplacer la perlite par du sable de Loire, de la pouzzolane fine… L’important, c’est d’augmenter la capacité du sol à laisser circuler l’eau. 

Vous pouvez vous contenter d’un terreau pour plantes vertes seul. Il faudra simplement vous assurer que l’eau ne stagne pas dedans après l’arrosage.

À quelle fréquence faut-il rempoter le Pilea peperomioides ?

Comme pour l’arrosage, il n’y a pas de fréquence fixe. Le plus simple est d’observer votre plante. Un Pilea qui a besoin d’être rempoté aura une croissance ralentie et, éventuellement, des nouvelles feuilles plus petites (attention, cela peut aussi être un signe de manque de lumière ou de nutriments). 

Regardez le dessous du pot. Vous voyez des racines qui sortent par le trou de drainage ? Alors oui, il est temps de rempoter. Vous pouvez aussi dépoter délicatement, juste pour regarder l’état des racines. Si elles s’enroulent au fond du pot, c’est qu’elles n’ont plus de place pour grandir et qu’il est temps de passer au pot de taille supérieure.

Lorsque le rempotage n’est pas nécessaire ou que les sujets sont devenus trop gros pour être manipulés sans risque, vous pouvez opter pour un surfaçage. Il s’agit de simplement remplacer les premiers centimètres du sol par du terreau neuf. Cela permet de ramener de nouveaux nutriments pour la plante.

Dans tous les cas, et sauf urgence, faites votre rempotage pendant la période de croissance de la plante (printemps et été). Cela facilitera la reprise

Un peu d’engrais

Le Pilea peperomioides n’est pas une plante particulièrement gourmande, au contraire d’un Monstera deliciosa ou d’un Calathea par exemple. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut le mettre au régime. Surtout si vous voulez qu’il fasse de jolies feuilles bien rondes et brillantes. 

Apportez-lui de l’engrais pendant toute sa saison de croissance. Cela s’étend généralement du printemps à l’automne, mais s’il continue de pousser en hiver, vous pouvez garder l’engrais au menu. 

Choisissez un engrais équilibré sous la forme qui vous convient le mieux et suivez toujours les dosages du fabricant. En mettre plus ne va pas accélérer la croissance de votre plante, mais cela pourrait causer des ennuis par la suite.

Peu de maladies et de ravageurs

Le Pilea est une plante résistante, que j’ai rarement vue envahi par les ravageurs. Néanmoins, il n’est pas à l’abri d’attaque, notamment de pucerons sur les jeunes feuilles ou d’araignées rouges (un acarien quasi microscopique). Si les nouvelles feuilles de votre Pilea peperomioides sont déformées, il y a de fortes chances qu’un inspecteur suceur de sève soit dans les parages.

Prenez donc bien l’habitude d’observer régulièrement vos plantes pour détecter les indésirables dès les premiers signes. C’est toujours plus simple d’intervenir au début. Un bon moyen de prévention est un nettoyage régulier des feuilles, dessus et dessous, avec un savon horticole ou du savon de Castille.

Au-delà des ravageurs, l’une des rares “faiblesses” du Pilea est la sensibilité de ses racines à la pourriture. Prenez toujours soin de ne pas détremper le sol, afin d’éviter que les racines ne restent dans l’eau trop longtemps.

Multiplier le Pilea peperomioides

Le Pilea peperomioides est peut-être l’une des plantes les plus faciles à multiplier. Il a la chouette habitude de faire de multiples rejets tout autour du pied mère. Une colonie de bébés Pilea, que vous pouvez laisser en place pour étoffer votre plante ou prélever, comme vous préférez.

La manière la plus simple de multiplier le Pilea, c’est de prélever un rejet. Avec une paire de ciseaux ou un sécateur bien aiguisé, vous coupez la tige souterraine qui le relie à sa mère. Ensuite, vous avez deux possibilités : le bouturage dans l’eau ou dans le terreau. Les deux fonctionnent très bien. En quelques semaines, hop ! De nouvelles feuilles vont apparaître, signe que les racines se sont développées.

Il paraît qu’il est possible de bouturer le Pilea peperomioides à partir de ses feuilles. Je n’ai jamais tenté l’expérience. Mais si vous l’avez fait de votre côté, racontez-nous comment ça s’est passé dans les commentaires. Je suis curieuse de savoir si ça fonctionne vraiment.

Facile à entretenir, le Pilea peperomioides peut se contenter d'espaces ombragés s'il le faut

Même s’il apprécie la lumière, le Pilea peperomioides peut se contenter d’espaces plus ombragés. Il sera cependant moins touffu.

Multiplier le Pilea peperomioides est très simple

Le Pilea peperomioides est très facile à multiplier. Vous allez rapidement en avoir toute une famille !

Prêt(e) à adopter votre Pilea peperomioides ?

Le Pilea peperomioides, ou plante à monnaie chinoise, est une plante succulente au feuillage unique : des feuilles rondes et légèrement coriaces qui rappellent des pièces de monnaie ou des boucliers. Elle est aussi simple à entretenir en intérieur. Il lui faut une place bien éclairée, une température douillette, un sol bien drainé et un arrosage quand les premiers centimètres du sol sont secs. Facile, n’est-ce pas ? 

Pas encore convaincu(e) ? Ok, deux bonus supplémentaires. Le Pilea se multiplie très facilement et rapidement. De quoi vous faire une petite armée pour transformer en jungle votre appartement ou celui de vos ami(e)s et collègues ! Et, il s’agit d’une plante non toxique. Aucun risque donc si votre colocataire à quatre pattes croque dedans.

J’espère que vous avez trouvé toutes les réponses à vos questions sur l’entretien du Pilea peperomioides. Si vous en avez encore, posez-les directement dans les commentaires pour que je puisse vous aider. 

Bon jardinage et profitez bien de vos plantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *